Critique de l’idéologie de la bienveillance

Prochain stage du mardi 5 avril 2022 à 9h au jeudi 7 avril 2022 à 17h en internat dans un gîte (avec SPA !) à La Feclaz les déserts (à 30km de Chambery)
Le programme est ici.

Pour demander une prise en charge par son employeur, demander un devis. Hors prise en charge par des fonds de formation, je propose ce stage à prix coutant (pour l’hébergement et la restauration).

Inscriptions : écrire à sanstransition.stages@gmail.com

Présentation

J’y ai crû. J’en ai même enseigné des morceaux. J’ai bien senti qu’à des endroits, c’était étrange. Mais je repensais au processus d’intelligence collective utilisé pour produire cette situation et ça me rassurait. Depuis quelques années, ça ne me rassure plus, ça m’inquiète même.

Il y a un prêt-à-penser qui s’incarne dans un prêt-à-outiller. Il est séduisant, cohérent, efficace. Et bienveillant. Ce sont les outils d’intelligence collective, la météo intérieure, les processus de gouvernance partagée, la décision par consentement, la communication non-violente, les démarches de transition…

Des organisations de travail plongent dans cette idéologie de la bienveillance, en espérant y trouver une cohérence avec leurs valeurs de justice politique et sociale et du respect de la dignité et de l’égalité de chacun.

Cette idéologie n’est pas facilement critiquable car tous les écueils posés par sa mise-en-pratique sont expliquées par le manque de formation et de rigueur des personnes qui s’y essaient.

Essayons quand même.

Ressources

Voici en bonus l’éclairage de Luc Carton, interrogé par Franck Lepage sur le mythe de l’auto-gestion.

De l'éducation populaire en période obscure