Qui sommes-nous ?

Sans Transition est composé d’une équipe de trois personnes, intervenant rarement seules et composant leurs équipes à partir de leur réseau.

Anthony Brault :

J’ai commencé par concevoir des dispositifs de débats, d’abord dans des colonies de vacances puis dans les rues piétonnes de Tours, ville où j’ai grandi, à destination des passants, puis dans des colloques, des assemblées générales, des mouvements sociaux…

J’ai importé ces méthodes – les débats mouvants, les porteurs de parole, le GrO-DéBaT… – au sein de la coopérative Le Pavé que j’ai co-fondé en 2007 et dont j’ai été permanent jusqu’à sa dissolution en décembre 2014. Formateur, consultant et conférencier-gesticulant, j’interviens depuis dix ans auprès de structures en lien avec l’éducation populaire.

J’ai depuis entamé une recherche-action dans le cadre d’un Diplôme de Hautes Études en Pratiques Sociales sur mes pratiques pédagogiques, que j’englobe sous le terme de pédagogie de la tendresse et que je cherche encore à définir.

Je me suis spécialisé dans l’approche socianalytique, qui, croisée avec mes savoirs-faire antérieurs, me permet d’intervenir dans des situations difficiles, de crise, au sein d’équipes de travail de tous champs d’activité.

Magali Larroque :

Je suis psychologue clinicienne et formatrice. Ma pratique professionnelle en institutions (clinique, analyse institutionnelle, formation) se nourrit des chemins empruntés jusque là, recherches et actions où j’interroge, depuis une quinzaine d’années :

  • Les outils nécessaires pour cultiver la présence à l’autre, la capacité à coopérer : collectif d’artistes la Luna, pratique en clown théâtre avec Mugabe et le Bataclown, animation d’ateliers théâtre dans des écoles et des lieux de soin, Master de psychologie : accompagnement au quotidien de personnes en situation de grande dépendance

  • La fonction de l’écriture au sein de pratiques vivantes, éphémères : ateliers d’écriture avec le Dernier Spectateur, animation d’ateliers écriture en institutions, maîtrise d’anglais : l’écriture du Je, theatre studies en Irlande : documenter le processus créatif, DUT médiation culturelle : les œuvres d’art processuelles.

Ayant fait l’expérience que les pratiques de soin, de recherche, de création nous confronte à un impossible, elle a fait le choix de s’orienter à partir de la prise en compte de cet impossible : on aura beau faire, il est là ! Il s’agit alors d’apprendre à faire avec ; ensemble…

Flore Ville-Gilon :

Je suis auto-entrepreneur et je suis avant tout une passionnée de l’humain. J’adore découvrir les univers individuels et collectifs, analyser et comprendre les valeurs et mécanismes de pensée sous-jacents, essayer de voir le monde à travers les yeux d’autrui.

Je suis formée à la philosophie-action (pratique interventionniste de la philosophie), à la démarche de coaching et à la socianalyse. En adoptant une approche interdisciplinaire que je cherche sans cesse à faire évoluer, je mets mes compétences humaines et d’analyse au service de la clarification des problématiques personnelles, professionnelles et institutionnelles, pour aider les acteurs à mieux les appréhender et recouvrer une capacité d’action pertinente.

J’accompagne ceux qui s’interrogent sur leur vie quotidienne et/ou professionnelle et aimeraient initier une dynamique de changement, en construisant les conditions pour que les acteurs concernés soient en capacité de conduire eux-mêmes leur analyse et trouver des solutions adéquates.

De l'éducation populaire en période obscure