Pédagogie de la tendresse

Comment s’aider à prendre les virages à venir, dans nos vies, dans nos organisations,  dans notre société ? J’explore à partir de mes pratiques d’éducation populaire ce que pourrait être une pédagogie de la tendresse, partant des personnes et non des savoirs, radicale dans ses dispositifs ascendants, plaçant l’intervenant au service et non en conduite du groupe. Comme une pédagogie conçue ou tout du moins adaptée aux moments de crise, de doutes, de conflits.

C’est sous cet intitulé que je vais pour l’instant accumuler des matériaux de recherche, c’est-à-dire des fiches de lecture, des entretiens retranscrits et des observations participantes.

Je commence, en deuxième année de recherche, ce travail de terrain. J’ai mes premiers enregistrements qui ne sont pas encore retranscrits, des observations non-rédigées, des livres en cours…

La pédagogie de la tendresse m’évoque à la fois quelque chose de bien précis, que je ne peux que partiellement et difficilement définir pour l’instant, et de vaste, pouvant s’appliquer à bien des domaines et bien des situations. Je souhaite explorer ce thème pour justement lui donner de la consistance, en définir des éléments invariants, les décrire, les décoder, partir en enquête sur ces éléments.

Je peux ici donner quelques éléments qui me viennent en parlant de pédagogie de la tendresse :

  • l’attention à ce que vit chaque personne du groupe et pas seulement la dynamique du groupe, être présent ici et maintenant
  • l’invention du vécu collectif au fur et à mesure, ce qui nécessite des procédures
  • l’expression régulière des émotions et des ressentis de chacun
  • l’attention portée au corps, dans le rythme des journées, et dans l’équilibre entre action et réflexion
  • la présence d’une éthique humaniste visant le respect de la dignité de chaque individu
  • l’attention aux conditions matérielles, alimentation, repos, solitude, etc. offertes à chacun
  • la vigilance à une rigueur de travail exigeant de traiter eu fur et à mesure les difficultés qui apparaissent et de ne pas laisser s’installer des non-dits, des sujets tabous ou des rumeurs
  • une distinction nette entre les désirs ou l’ego des personnes en conduite du groupe et ce que le groupe se fixe comme finalités
  • les ressorts du jeu et de l’humour, sous une forme ou une autre sont très utilisés
  • de la curiosité et de la tendresse, au sens premier du terme, pour la nature humaine

RESSOURCES :

 

De l'éducation populaire en période obscure